Retrouver toute notre actualité,            
et nos études de cas client.

Retour sur la nuit du Hack XV par un de nos auditeurs !

Actualité
25 juin 2017

Cette année, je me suis rendu à la Nuit du Hack pour sa quinzième édition, avec au programme : ateliers, rencontres avec des professionnels du milieu et challenges.

La présence inédite du ministère des armées et de ses « combattants numériques » a beaucoup fait parler d’elle. En effet, la nuit du Hack continue sa mutation vers un évènement de plus en plus orientée sécurité, moins hacking, au grand dam de certains anciens. Les petits plats furent mis dans les grands côté Ministère : avec l’intervention d’un Vice-Amiral en salle de conférence et un stand de taille conséquente qui leur ont donné une visibilité importante. Le ministère est donc bien décidé à se faire remarquer et à faire naitre des vocations.

Des conférences très intéressantes furent proposées, par un panel d’intervenants très variés de par leur âge (le plus jeune avait 19 ans) et leurs domaines de compétences. Ainsi comme chaque année, il était possible d’assister à des démonstrations très techniques mais aussi à des « Talk » plus théoriques (dans le juridique par exemple). Les conférences ayant retenu mon attention ont été celles présentés par VirtuaLabs, Heurs et The Duck.

Vous pouvez trouver le planning complet des conférences à l’adresse suivante : https://nuitduhack.com/fr/planning/category:talk (Les supports sont pour la plupart publiés par les intervenants). 

En dehors des conférences, ateliers et discussions sur les stands des entreprises, la Nuit Du Hack reste avant tout un lieu de retrouvaille, de rencontre et d’échanges avec de nombreux passionnés. Toute personne travaillant dans le milieu de la sécurité ou fréquentant les communautés de hacking apprécie d’autant plus l’évènement qu’il permet de passer un moment agréable entre mordus de bidouille. Ce milieu, que l’on dit souvent « très petit » est par ailleurs composé de personnes très facile d’accès et c’est par exemple avec un grand plaisir que j’ai pu discuter et bénéficier des conseils de Damien Cauquil (Alias VirtuaLabs) qui quelques heures auparavant effectuait une démonstration de modification de l’usage du BLE très percutante.

La nuit du Hack a également proposé des ateliers qui rappellent que le milieu du hacking est ouvert à tous. Depuis quelques années, en parallèle de l’évènement se tient la nuit du Hack kids qui, comme son nom l’indique, vise les enfants. Au programme, les enfants ont pu s’initier au chiffrement de césar ou faire de l’électronique de manière très simplifiée pour allumer des diodes. A cette initiative je souhaite également soulever la présence de l’ACF (association des Crocheteurs de France) qui comme chaque année autant que je puisse m’en souvenir rappelle que le crochetage ne rime pas forcément avec cambriolage et souhaite promouvoir la noblesse de sa discipline.

Reste enfin l’évènement considéré comme « majeur » : les CTF (Capture The Flag), privés et publiques. Cette année, la seule équipe représentant la France était l’équipe Hexpresso qui termina 3ème du privé et gagna le concours public. En parallèle des challenges étaient présents un peu partout durant toute la journée, parfois créés par les organisateurs, parfois issus de sociétés avec lots à la clé. Un challenge particulièrement captivant consistait à découvrir les secrets que recelaient un badge électronique. Cette épreuve a semblé très ardue et ne fut résolue que vers 6h du matin, autrement dit à la toute fin de la nuit du Hack.

En conclusion, la nuit du Hack était encore cette année l’évènement majeur pour les professionnels de la sécurité informatique en France, « the place to be » comme on dit. Il est néanmoins possible d’apprécier le moment en tant que simple passionné ou curieux grâce aux activités et aux rencontres que l’on peut y faire. Malgré les années, la nuit du Hack a conservé l’esprit que j’avais découvert à l’époque où nous étions tous dans une péniche !

Michaël Lucas - Auditeur