La communication de crise, un impératif, tant dans le Vendée Globe qu'en cybersécurité

Gouvernance Risques et Conformité
La communication de crise, un impératif, tant dans le Vendée Globe qu'en cybersécurité

La nouvelle est tombée dans la nuit du vendredi 20 novembre. Alex Thomson, alors leader du Vendée Globe, découvre une avarie structurelle sévère sur la coque de son IMOCA Hugo Boss. Le skipper britannique doit céder la tête de l'épreuve à Thomas Ruyant à la barre de LinkedOut qui, quelques jours plus tard, subira lui aussi une avarie sur un de ses foils. La course au large est exigeante tant pour les hommes que pour les machines. Les incidents sont fréquents et le suivi des concurrents sur le site de l'organisation du Vendée Globe oblige les équipes à préparer soigneusement leur communication de crise comme l'explique Marcus Hutchinson, Team Manager de l'équipe de Thomas Ruyant : "Le tracking de la position des bateaux est mis à jour toutes les 4 heures, donc si le bateau n'avance plus, les autres concurrents et les médias le remarquent dès le classement suivant. Nous avons donc le devoir de préparer en amont notre communication en cas d'incident car nous avons 4 heures pour réagir si l'incident survient juste après la publication du classement ou... quelques minutes seulement si l'incident survient juste avant !"

En cas d'incident, la cellule de crise de l'équipe se réunit immédiatement pour qualifier l'incident et lancer le plan de communication correspondant. TR Racing a défini 3 catégories d'incidents en fonction de leur niveau de gravité. La réponse de la cellule de crise s'adapte à la nature de l'incident, notamment pour informer le médecin de l'équipe, l'organisation et la famille du skipper en cas d'incident grave, mais aussi les partenaires de l'équipe et bien évidemment les médias à l'affut de la moindre information expliquant la chute des performances du bateau. "Pour prendre l'exemple de l'incident survenu sur le foil babord de LinkedOut, notre première réaction a été de publier un premier communiqué court et factuel relatant simplement de façon claire la situation. Ce type d'information suffit à répondre aux besoins des médias comme le Web, les radios, les médias sociaux dans un premier temps." L'équipe de communication doit ensuite délivrer un message plus étoffé pour les médias, Marcus Hutchinson doit intervenir dans l'émission quotidienne de l'organisation et répondre aux médias qui souhaitent avoir plus de précisions. "Thomas fait pleinement partie de ce dispositif de communication. Il nous a immédiatement envoyé des photos de son avarie, nous avons parlé avec lui et nous avons rapidement pu donner à notre équipe rédactionnelle des citations."

 Pour Alexandre Fayeulle, fondateur d'Advens, les recettes de communication de crise d'un événement tel que le Vendée Globe s'appliquent tout autant à la cybersécurité : "Si on fait un parallèle avec le monde de la cybersécurité, ce que nous préconisons en termes de gestionde crise, c'est d'une part mettre en place une équipe opérationnelle qui va travailler sur la remédiation de l'incident, et à un autre niveau, plus stratégique, une équipe qui prend les décisions, fixe les orientations et communique auprès des autorités et des médias. Outre ces cellules de crise, des playbooks préalablement préparés permettent de savoir comment réagir par famille d'incidents, notamment sur ce plan de la communication." Le mode de communication va bien évidemment varier en fonction de la culture d'entreprise et, pour revenir au Vendée Globe, la personnalité du skipper, mais aujourd'hui à l'heure de l'information instantanée et des médias sociaux, il est devenu impossible de rester muet, même si la sécurité de l'entreprise connaît une grave avarie.

Benjamin Leroux, Innovation & Marketing, Advens