La conformité ne connait pas la crise !

Gouvernance Risques et Conformité
La conformité ne connait pas la crise !
 
Je n’avais pas pu prendre ma plume pendant ce temps de confinement, car nous allions au plus urgent. Non pas qu’échanger avec vous n’est pas intéressant, mais ce n’était prioritaire… Cette introduction serait applicable à la conformité : non pas que ce ne soit pas nécessaire, ni amusant, ni utile ! Mais est-ce prioritaire ? Les sujets de conformité sont toujours des sujets où nous avons tendance à tergiverser. On le fait, on le fait pas ? Sur quel périmètre ? D’un coup ou en plusieurs fois ? 
 
Maintenant que le monde d’après doit commencer, que l’on a revu tous les sujets à l’aune de la crise sanitaire, la conformité : on continue ou pas ? Et bien oui ! 4 fois oui. Voici nos 4 bonnes raisons de faire de la conformité ou de continuer les projets de conformité :
 
  • 1. Les contrôles n’ont pas été suspendus
On peut toujours essayer de faire comme les enfants en disant « Pouce ! Je suis en post-crise ! ». Mais les lois et règlements n’ont pas cessé comme par magie de s’appliquer !
Je dirais même que cette période a connu sa petite inflation légale. Les autorités de contrôle n’ont pas cessé de travailler, n’ont pas suspendu leur avis. Les audits ont eu lieu mais de façons différentes. Les délais de remédiation ont peut- être été légèrement augmenté… Mais en tout cas personne n’a dit « on annule tout ! »
 
  • 2. Les objectifs n’ont pas changé
Dans la majorité des cas, les projets initiés n’ont pas disparu. Les exigences internes ou externes sont toujours là. Doit-on finir cette démarche de certification initiée il y a quelques mois ? Doit-on faire cette analyse d’impact planifiée depuis un trimestre ?
Je pense que oui. Les enjeux n’ont finalement pas changé. Ce pourquoi vous aviez entamé ces démarches n’a pas disparu, que ce soit pour vous ouvrir de nouveaux marchés, pour répondre à des demandes de vos clients, vous développer, etc. Et on le sait d’expérience : les projets de conformité, quand ils sont trop longs, ne remportent plus l’adhésion. Ils finissent par capoter et on finit par tout refaire. 
 
  • 3. Il faut capitaliser et faire un retour d’expérience
Même les institutions font des retours d’expérience ! Avec la conformité c’est encore plus facile. Vous aviez fait votre analyse de risques, vous aviez prévu des contrôles internes : regardez les sous l’œil de la situation. Aviez-vous anticipé certains pans de cette crise ? Certaines craintes se sont-elles réalisées ? Le retour à la normal se pilote et se contrôle. Pensez à modifier le programme de contrôle en conséquence.
La conformité s’appuie sur la preuve. Vous avez mis en place plusieurs mécanisme de contrôles, servez-vous-en !
 
  • 4. La confiance est essentielle en ce moment
La conformité n’existe pas exclusivement à l’adresse des autorités. C’est aussi un vecteur de confiance pour toutes les parties prenantes : les clients, les usagers, les actionnaires, les fournisseurs, etc. En ce moment, plus que n’importe quand, on a besoin de s’accrocher à des choses tangibles, des preuves d’un savoir-faire, d’un niveau de qualité ou de professionnalisme. Tout cela ne s’improvise pas. La conformité peut amener ce petit plus !
Comme toujours on ne fait pas de conformité pour de la conformité, ça n’amuse personne (sauf moi peut-être). C’est nécessaire ! En ces temps où l’on se dit que rien ne sera comme avant, la conformité c’est un peu un roc pour votre écosystème et vos clients, un phare dans cette longue nuit qui semble enfin se terminer !
 
 
 
Une Consultante, Anonyme, Advens